Brigitte Macron trop dépensière ? Cette rumeur qui enflamme le net

En juin 2019, Brigitte Macron a pris la tête de la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France qui organise la fameuse Opération Pièces Jaunes, succédant ainsi à Bernadette Chirac, devenue icône nationale grâce à cette fonction qu'elle a occupée durant 25 ans. La collecte de fonds, parrainée cette année par l'entraîneur de l'équipe de France masculine de football Didier Deschamps, a démarré le 8 janvier 2020 à Orléans. "Une initiative qui a pour objectif de rassembler des fonds pour les enfants et les adolescents hospitalisés" résume le quotidien britannique The Daily Telegraph. Si elle n'a commencé que depuis quelques jours, la campagne fait déjà l'objet de nombreuses critiques, notamment sur les réseaux sociaux.

⋙ VIDEO - Brigitte Macron : l’accueil inattendu réservé à la Première dame pour le lancement des Pièces jaunes

Un post Facebook, mis en ligne sur un groupe intitulé Pour la démission d'Emmanuel Macron, relaye un article de presse qui accuse Bernadette Chirac d'avoir pioché dans les comptes publics pour financer l'opération. "J’ai interrogé monsieur le maire (UMP) de la ville pour savoir combien cette opération nous avait coûté. La ville a déboursé 80.000 euros (pris sur nos impôts locaux, bien sûr)", peut-on lire dans l'article. L'auteur, Marcel Magnon, ajoute que les frais de bouche ainsi que les hôtels auraient également été payés par l'argent de la collecte de fonds.

Contrairement à ce que sous-entend le commentaire sous l'article en liant Brigitte Macron à ce petit "rappel", les coûts engendrés par le déplacement à Orléans de la Première dame sont loin d’avoisiner les montants attribués à Mme Chirac. Dans une enquête du journal 20 Minutes, on peut lire "qu’aucun des frais relatifs au déplacement n’ont été pris en charge par la mairie." Toujours d'après le journal, elle aurait "pris un sandwich" et n'aurait pas passé la nuit sur place. Voilà qui devrait rassurer les étourdis spécialistes des fake news.

À lire aussi : Brigitte Bardot : cette nouvelle polémique

(...) Cliquez ici pour voir la suite