Brigitte Macron fait un clin d'oeil à ses élèves en plein direct sur TF1

Le nouveau visage des Pièces jaunes, c’est elle. Courant 2019, Bernadette Chirac, ancienne Première dame et présidente historique de la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France, a passé le flambeau à l’actuelle Première dame Brigitte Macron. Cette dernière a donc pris sa succession à la présidence de l’organisation, dont le but est de collecter les mythiques pièces jaunes. Mercredi 8 janvier 2020, l'ex-professeure de Français était l’invitée du journal télévisé de 13 heures sur TF1 à l’occasion du lancement de la nouvelle campagne, au côté du parrain Didier Deschamps, en direct du centre hospitalier régional d’Orléans. Interrogée par le présentateur Jean-Pierre Pernaut, celle qui partage la vie du chef de l’Etat Emmanuel Macron a adressé un petit clin d'oeil à ses élèves de l’Institut des vocations pour l’emploi (LIVE), une école particulière pour "décrocheurs" ouverte en septembre 2019 et où elle donne des cours.

“J’ai ouvert à un institut à Clichy-sous-Bois, il y en a un autre qui va ouvrir, à Valence puis à Roubaix”, commence par expliquer Brigitte Macron, qui a réaffirmé ses engagements contre le harcèlement scolaire et contre l’échec à l’école. “Ce sont des jeunes gens qui ont entre 25 et 40 ans, parfois plus, qui un niveau lycée et qui veulent non pas un job mais un travail. Pour trouver un travail qui correspond à leurs aspirations, on les prend pendant neuf mois et on leur fait des cours de Français, de Maths, de Culture Générale, d’apprendre à apprendre, de Digital également pour les mettre un petit peu à flot. Et au bout de neuf mois, on va les aider à trouver un travail. On prend des personnes qui sortent un petit peu des dispositifs [...] mais ils sont extrêmement motivés.” Elle ajoute, avec un grand sourire, en parlant à ses élèves : “Je veux dire à mes liveurs, puisque c’est ainsi qu’ils s’appellent, à quel point je suis fière d’eux, et je leur fait cours lundi.”

⋙ Brigitte Macron rend un vibrant hommage à Bernadette Chirac

Lors de cette intervention,

(...) Cliquez ici pour voir la suite