Brigitte Macron : sa nouvelle filleule qui compte tant pour elle

·2 min de lecture

Depuis qu’elle a repris les rênes de la Fondation Hôpitaux de Paris - Hôpitaux de France en juin 2019 – succédant ainsi à Bernadette Chirac, figure emblématique de l’association pendant 25 ans – Brigitte Macron s’investit à 200 %. Pour promouvoir la nouvelle édition de la mythique opération Pièces Jaunes, qui vient en aide aux enfants et adolescents hospitalisés, la Première dame enchaîne donc les visites de centres médicaux et les apparitions télévisées. En ce début d’année 2021, elle a déjà participé à deux célèbres émissions : Le grand concours des animateurs sur TF1, ainsi que Symphonie pour la vie sur France 3. Mais cette fois-ci, l’épouse du président de la République est allée encore plus loin dans sa démarche… Brigitte Macron a en effet accepté de devenir la marraine d’une petite fille malade !

Mardi 9 février 2021, en direct de son bureau à l’Élysée, la First lady française participait à une visioconférence avec les familles d’enfants hospitalisés au CHU de Clermont-Ferrand, ainsi que le personnel soignant. Elle a fait la connaissance de Marion Sommier et Grégory Coston, jeunes parents de jumelles, prénommées Lou et Elena. Les fillettes, tout juste âgées de 8 mois, sont toutes deux atteintes d’une leucémie lymphoblastique de type B. Les médecins estiment à 70 % leur risque de décès. Face à ce terrible diagnostic, Marion et Grégory ont reçu de nombreux gestes de solidarité. Comme on peut le découvrir dans le JT de M6, dimanche 14 février, plusieurs collègues de la jeune maman se sont mobilisés pour lui céder des jours de congé, 182 au total. Dans leur village de Saugues, en Haute-Loire, une boîte à dons gît sur le comptoir de la banque. Une cagnotte en ligne a également été lancée.

Mais le geste le plus inattendu reste sans nul doute celui de la Première dame. “On était tous réunis autour du téléphone. Brigitte Macron nous a invités à nous présenter. On a raconté notre histoire, nos difficultés, nos espoirs. Au fil de la discussion, on lui a demandé si elle serait (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite