Brigitte Macron rend un vibrant hommage à Bernadette Chirac

Le nouveau visage des Pièces jaunes, c’est elle. Courant 2019, Bernadette Chirac, ancienne Première dame et présidente historique de la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France, a passé le flambeau à l’actuelle Première dame Brigitte Macron, qui a donc pris sa succession à la présidence de l’organisation dont le but est de collecter les mythiques pièces jaunes. Mercredi 8 janvier 2020, l'ex-professeure de Français était l’invitée du journal télévisé de 13 heures de TF1 à l’occasion du lancement de la nouvelle campagne, au côté du parrain Didier Deschamps, en direct du centre hospitalier régional d’Orléans. Interrogée par le présentateur Jean-Pierre Pernaut, celle qui partage la vie du chef de l’Etat Emmanuel Macron a tenu à rendre hommage à Bernadette Chirac.

“Tout d’abord, le premier déplacement après que le Président soit devenu Président était l’institut Gustave Roussy [centre de traitement du cancer, ndlr.]”, commence Brigitte Macron, qui poursuit en racontant la genèse de son engagement : “Je me suis retrouvée à Villejuif, dans l’institut contre le cancer au service pédiatrique et j’ai pu mesurer ce qu’est la souffrance des enfants, des parents, ce qu’est l’engagement de tous les soignants. Ensuite je suis allée aux soins palliatifs à Necker-Enfants malades [...] J’ai pensé ‘On ne peut pas ne pas faire.’ J’ai rencontré Madame Chirac, on en avait parlé, et au mois de juin, quand elle m’a demandé de prendre la succession et qu’elle m’a passé le flambeau, cela s’est fait tout naturellement. Je suis très orientée par la correspondance que je reçois, par les lettres de détresse que je reçois et je veux dire aux parents que je les entends et que je ferai tout pour les aider.”

⋙ Réforme des retraites : à quel âge Brigitte Macron a-t-elle arrêté de travailler ?

"Merci madame, vous avez toute mon admiration"

Après une autre question de Jean-Pierre Pernaut, toujours au sujet du milieu hospitalier, Brigitte Macron fait à nouveau l’éloge de Bernadette Chirac. “Un immense

(...) Cliquez ici pour voir la suite