Pour briser les clichés, l’ONU expose les tenues portées par des femmes lors d’agressions sexuelles

©Istock / bymuratdeniz

L’ONU a récemment lancé à New York une exposition nommée « Comment étiez-vous habillée ? ». Une question souvent posée aux personnes victimes d’agressions sexuelles. Le but de cet événement est donc de rappeler que les vêtements d’une femme n’ont rien à voir le crime commis.

Dans un sondage réalisé en 2019 par l’Institut IPSOS et l’association Mémoire Traumatique et Victimologie, 27 % des personnes interrogées considéraient que porter une tenue sexy pouvait être un motif pour déresponsabiliser le violeur. C’est pour lutter contre ce type d’idées reçues que l’ONU, en partenariat avec l’organisation américaine de défense des droits civiques Rise, a lancé l’exposition « Comment étiez-vous habillée ? ». L’événement qui se déroule à New York jusqu’au 31 août, a pour but de rappeler que « le vêtement est sans importance, il n’est jamais une invitation à la violence et ne provoque pas d’attaques. Les auteurs les commettent », détaille le communiqué. Pour cela, 103 tenues portées par des femmes lors d’agressions sexuelles ont été exposées.

À lire aussi >> Violences sexistes et sexuelles : augmentation de 33 % des plaintes en 2021

« Les femmes et les filles sont attaquées indépendamment de ce qu’elles portent »

Dans le cadre d’une campagne qui a pour objectif de mettre fin aux violences faites aux femmes d’ici 2030, l’ONU a décidé d’exposer les tenues des victimes d’agressions sexuelles. Le but ? Faire comprendre qu’il n’y a aucun lien entre la tenue vestimentaire et l’acte commis. L’exposition s’intitule « « Comment étiez-vous habillée ? » - un nom qui fait sens puisque cela serait l’une des premières questions posées aux victimes. Lors...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles