Britney Spears règle ses comptes : « Mes prétendus soutiens m’ont beaucoup blessée »

·2 min de lecture

Délaissée par ses proches dans les moments de doute liés à sa tutelle, Britney Spears s’en prend aujourd’hui à ses soutiens tardifs. Parmi eux, sa sœur Jamie Lynn à qui elle lance une pique virulente sur les réseaux sociaux.

L’avenir de Britney Spears s’éclaircit depuis qu’elle a la possibilité de choisir elle-même son avocat. Mais si la chanteuse savoure cette victoire contre la tutelle qui l’enserre depuis treize ans, elle n’oublie pas que de nombreux proches ne l’ont pas toujours soutenue dans sa bataille pour retrouver la liberté. Sur Instagram, la star règle ses comptes avec ceux qui n’ont manifesté leur soutien que lorsque l’affaire #FreeBritney prenait de l’ampleur. Parmi ces personnes, elle nomme Jamie Lynn, sa sœur.

Lire aussi : Affaire Britney Spears : longtemps moqués, ses fans sont enfin écoutés

« Sauver la face en public »

Dans un premier message virulent posté sur Instagram, l’interprète de « Toxic » s’en est prise à un proche qu’elle n’a pas nommé. « ll n’y a rien de pire que lorsque des proches qui ne se sont jamais manifestés publient des choses sur ta situation et se mettent à donner des leçons de morale pour avoir de la reconnaissance... », se désole d’abord Britney Spears. « Comment les gens que l’on aime le plus peuvent-ils rester silencieux... Comment osez-vous dire publiquement aujourd’hui que vous en avez quelque chose à faire... Est-ce que vous m’avez tendu la main que j’étais en train de me noyer ? NON », s’énerve-t-elle avant de s’adresser directement à ce mystérieux proche.

« Tu as le culot de t’exprimer sur ma situation seulement pour sauver ton image », fulmine la reine de la pop. Celle-ci...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles