Bronchiolite : l’Agence européenne du médicament donne son feu vert pour un nouveau traitement préventif

Le comité des médicaments à usage humain (CHMP) de l'Agence européenne des médicaments (EMA) viennent d'autoriser la mise sur le marché d'un traitement préventif contre la bronchiolitepour les nouveaux-nés. Baptisé "Beyfortus", il repose sur l'utilisation d'un anticorps monoclonal, le nirsevimab, mis au point par les laboratoires français Sanofi et suédo-britannique AstraZeneca.

La bronchiolite, première cause d’hospitalisation chez les moins d’un an

Le virus respiratoire syncytial (VRS) est l’une des premières causes d’hospitalisation et de mortalité chez les jeunes enfants. Il est responsable d'une maladie respiratoire courante et très contagieuse, la bronchiolite, qui touche près de 30 % des nourrissons de moins de deux ans chaque année en France.

Le plus souvent bénigne, cette maladie peut toutefois nécessiter un passage aux urgences voire une hospitalisation. Elle provoque généralement une toux et des difficultés respiratoires. Dans les cas les plus sévères, l’enfant peut être en détresse respiratoire : il manque d’oxygène et bleuit sous l’effet de cyanose.

Le nirsevimab, un anticorps monoclonal capable de prévenir l’infection au VRS

Le nirsevimab sera commercialisé sous le nom de Beyfortus, ont indiqué les laboratoires. Bien qu'il soit injectable, ce traitement n’est pas un vaccin à proprement...

Lire la suite