Bruno le Maire refuse d’assouplir les règles d’accès au crédit immobilier

Les acteurs de l’immobilier n’ont finalement pas obtenu gain de cause. Leurs demandes répétées - dont la dernière en date ce lundi 15 mai dans une lettre ouverte à Emmanuel Macron - prônant un allègement des contraintes pesant sur le crédit immobilier, ont reçu une fin de non-recevoir du gouvernement. Sur RMC, le ministre de l’Economie Bruno Le Maire a annoncé que la règle qui contraint les banques à limiter le taux d’effort des emprunteurs à 35% de leurs ressources ne sera pas modifiée. “Je ne veux pas régler la crise du logement en endettant les Français de manière déraisonnable”, a justifié le locataire de Bercy. Et ce, alors même que les professionnels du secteur, dont la Fédération nationale de l’immobilier (Fnaim), réclamaient des mesures d'urgence pour faire face à la crise du logement. “Pour éviter l’aggravation de la crise, les organisations signataires demandent l’allègement des contraintes mises en place par le Haut conseil de stabilité financière en janvier 2022”, peut-on lire dans le courrier adressé au président le la République. Contraintes au premier rang desquelles figure la règle d’un taux d’effort plafonné à 35%.

En revanche, Bruno le Maire, qui assure avoir “pleinement conscience” de la gravité de la crise du logement, a assuré que le gouvernement apportera des solutions. Le ministre de l’Économie a notamment annoncé que “des souplesses pourraient être envisagées sur la règle des 20% de dérogations offertes aux banques”. Pour rappel, les établissements bancaires (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Claude Lelouch forcé de baisser drastiquement le prix de son manoir normand, pourquoi ?
HLM : le nombre de personnes en attente d'un logement social atteint un sombre record
Crédit immobilier : 4 prêts avantageux pour échapper à la hausse des taux
À Quimper, un projet immobilier abandonné à cause d'un testament vieux de 274 ans
Sécheresse : comment continuer de profiter de votre piscine malgré les restrictions d’eau