Publicité

Bruno Le Maire salue les louanges de la presse allemande sur l’économie française

Lors d’une visite à Berlin ce mercredi 13 septembre, le ministre de l’Économie Bruno Le Maire s’est réjouit des compliments de la presse allemande, au cours des dernières semaines, sur l’économie française
STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

POLITIQUE - Bruno se satisfait. Lors d’une visite à Berlin ce mercredi 13 septembre, le ministre de l’Économie s’est réjoui des compliments de la presse allemande, au cours des dernières semaines, sur l’économie française. « Je n’aurais jamais pensé voir les mots “miracle économique” et “France” dans la même phrase », a plaisanté Bruno Le Maire devant la presse, après une réunion avec ses homologues allemands des Finances et de l’Économie.

Un éditorial du très respecté hebdomadaire allemand Der Spiegel a récemment loué le dynamisme de l’économie française, en le comparant aux mauvaises performances de l’Allemagne, attendue en récession cette année, qualifiant même la France d’« Allemagne en mieux ».

Malgré ces compliments, « un peu de lucidité ne saurait nuire », a poursuivi le ministre de l’Économie. « Il nous reste un chemin à parcourir considérable pour réindustrialiser la France. C’est à mes yeux la bataille fondamentale. » Et d’ajouter : « La France avait une part de son industrie dans son PIB de plus 20 %, elle est tombée à moins de 10 %. L’Allemagne est toujours largement au-dessus des 20 %. »

Les « prises d’initiatives » d’Emmanuel Macron en Europe

Selon la plupart des prévisions, l’économie allemande devrait finir en récession cette année, avec un recul estimé entre 0,2 et 0,4 %, le FMI tablant de son côté sur -0,3 %. Le pays est plombé par une nette chute de sa consommation intérieure, en raison de l’inflation, encore à 6,1 % en juillet. Son industrie souffre des prix de l’énergie trop élevés et d’exportations moins dynamiques vers la Chine et les États-Unis.

Dans le même temps, la croissance en France est attendue à 0,9 % cette année par l’Insee. Selon Der Spiegel, « l’écart se réduit [entre les deux économies], et il est probable qu’il continuera à se réduire », après des années de domination économique allemande en Europe.

L’hebdomadaire cite pêle-mêle les « réformes » économiques du gouvernement français, le différentiel de prix de l’énergie entre les deux pays, favorable à la France, mais aussi les « prises d’initiatives » d’Emmanuel Macron en Europe pour imposer son concept « d’autonomie stratégique » face à la Chine et les États-Unis. « Il n’est pas étonnant que les entreprises internationales investissent actuellement beaucoup plus fréquemment à l’ouest du Rhin », conclut-il.

À voir également sur Le HuffPost :

Bruno Le Maire donne une échéance pour la baisse des impôts des ménages

TotalEnergies prolongera le plafonnement des carburants à 1,99 € au-delà de fin 2023