Budget 2024: Bruno Le Maire appelle la majorité à la "responsabilité" avant les débats au Parlement

Le ministre de l'Économie et des Finances Bruno Le Maire a appelé ce mercredi la majorité présidentielle à faire preuve de "responsabilité" sur le budget 2024 qui sera examiné au Parlement courant octobre.

"Le désendettement et la maîtrise des finances publiques sont un choix politique qui est le marqueur de notre majorité", a affirmé le ministre lors d'une conférence de presse à Bercy.

Ils doivent être un "choix politique", a-t-il insisté, "encore plus quand les oppositions dites responsables et de gouvernement sont incapables de proposer la moindre économie supplémentaire, et ne font que proposer des dépenses supplémentaires à hauteur de dizaines de milliards d'euros, en particulier sur le carburant."

La majorité divisée sur le sujet fiscal

"Quand l’esprit de responsabilité manque aux oppositions, la majorité doit en faire preuve pour dix", a lancé le patron de Bercy.

Le ministre s'exprime dans un contexte où les trois composantes de la majorité relative du camp présidentiel à l'Assemblée (Renaissance, MoDem et Horizons) ne parlent pas toujours d'une même voix sur les sujets fiscaux, là où le gouvernement prône depuis 2017 l'allègement de la pression fiscale sur les ménages et les entreprises.

En 2022, le député MoDem Jean-Paul Mattei avait ainsi enflammé les débats en présentant un amendement proposant de taxer les "superprofits" des entreprises réalisés à la faveur de la guerre en Ukraine.

Un rapport sur la fiscalité du patrimoine signé par un élu Modem inquiète

Mardi, ce même député a présenté avec son collègue communiste Nicolas Sansu un rapport qui propose d'introduire à l'échelle européenne des prélèvements "exceptionnels et explicitement temporaires" sur les plus riches patrimoines, afin de financer la transition écologique.

Le rapport suggère encore de relever de trois points le prélèvement forfaitaire unique sur les revenus du capital (flat tax), ou de remonter la fiscalité sur les transmissions d'assurance vie.

"Le combat pour un impôt minimal sur le revenu à l’échelle européenne est un combat juste", a commenté mercredi Bruno Le Maire, soulignant en creux que la question ne devait pas être abordée au niveau national dans le cadre des débats parlementaires sur le projet de loi de finances pour 2024.

Article original publié sur BFMTV.com