Le budget alloué aux étudiantes 18 % inférieur à celui prévu pour leurs homologues masculins dans le Supérieur

Brooke Cagle

Plus présentes, pourtant moins soutenues ? Cécile Bonneau, doctorante en économie, a récemment rédigé une note sur les disparités des dépenses dans l’enseignement supérieur selon le genre des étudiant·es. Selon les résultats des recherches de l’experte, publiés sur le site de l’Institut des politiques publiques, les dépenses de l’enseignement supérieur consacrées aux étudiantes sont inférieures de 18 % à celles allouées aux étudiants. “Les hommes qui poursuivent des études supérieures bénéficient en moyenne d’un montant cumulé de 25 000 euros jusqu’à 21-24 ans contre 20 500 euros pour les femmes”, précise Cécile Bonneau, dont la note a été reprise par Madmoizelle.

Si les inégalités salariales étaient déjà bien connues - les femmes touchent 5,3 % de moins que les hommes à temps de travail et métiers équivalents, selon l’Observatoire des inégalités - c’est désormais dès l’enseignement supérieur que l’écart se creuse en matière d’investissement. Moins financées, puis moins payées, les femmes seraient ainsi perdantes une grande partie de leur vie. Derrière ces données, il s’agit en réalité de la conséquence directe des stéréotypes et de l’orientation des filles et des garçons dans les filières selon leur genre.

Les études supérieures ne bénéficient pas des mêmes ressources selon les filières et les spécialités disciplinaires. Par exemple, les classes préparatoires aux grandes écoles, les instituts universitaires de technologie, les grandes écoles ou encore les disciplines scientifiques (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

QR code sur les tombes, cercueil en carton… À quoi ressembleront les funérailles de demain ?
Le Haut Conseil à l’égalité publie un guide pour communiquer sans invisibiliser les femmes
Après Jeffrey Dahmer, des fêtards ont cru drôle de se déguiser en Amber Heard et Johnny Depp pour Halloween
Une enquête dénonce les violences sexistes et sexuelles dans les sous-marins britanniques
Les discriminations capillaires bientôt illégales dans les écoles britanniques ?