"Bug" informatique : des centaines de milliers de contribuables n'ont pas pu faire leur déclaration de revenus en ligne

·1 min de lecture

"Un bug" informatique vient de mettre à mal des centaines de milliers de contribuables. Ces derniers n’ont pas pu faire leur déclaration de revenus annuelle. Aucune d’entre elles n’a été traitée par les services fiscaux.

Pour déclarer ses revenus, ils existent de façons. Vous pouvez soit passer par le site impots.gouv.fr, soit vous pouvez utiliser un logiciel spécialisé mis en place par des cabinets d’experts-comptables par un logiciel qui se prénomme EDI. Le souci, c’est que de multiples déclarations qui sont passées par ce site n’ont pas été traitées cet été comme il se devait.

Nos confrères d’RMC BFM TV ont interviewé des personnes qui sont passées par ce problème. Camille, une kinésithérapeute, s’en est rendue compte lorsqu’elle a souhaité changer son taux de prélèvement à la source alors qu’elle devenait tout juste maman. “Mon comptable m'a assuré que cette déclaration avait bien été faite en juin. Mais les impôts ne l'ont pas traitée. Je suis censée payer moins d'impôts, avec une part supplémentaire et ce n'est pas le cas. Si je n'étais pas allée sur le site des impôts pour changer mon taux de prélèvement, je n'aurai jamais été au courant" explique-t-elle.

Pour d’autres, comme le souligne le média RMC BFM TV les conséquences sont encore plus complexes comme pour Bastien, un podologue. Il est en attente d’un remboursement de la part du Trésor Public de plusieurs milliers d’euros. "Je comptais grandement sur ce remboursement : ils me doivent 9000 euros. Malheureusement, pour le moment, je n'ai pas eu un seul acompte. Comme beaucoup de professions libérales, j'ai été un peu chatouillé par l'effet du Covid, il...

Lire la suite sur Femina.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles