Un bureau de la Cour pénale internationale ouvert à Kiev

Face aux nombreuses accusations de crimes de guerre supposément commis par la Russie depuis le début du conflit en Ukraine, la Cour pénale internationale (CPI) a ouvert un nouveau bureau à Kiev. (image d'illustration)    - Credit:ROBIN VAN LONKHUIJSEN / ANP / AFP
Face aux nombreuses accusations de crimes de guerre supposément commis par la Russie depuis le début du conflit en Ukraine, la Cour pénale internationale (CPI) a ouvert un nouveau bureau à Kiev. (image d'illustration) - Credit:ROBIN VAN LONKHUIJSEN / ANP / AFP

Un acte fort de la communauté internationale au cœur de la guerre en Ukraine. La Cour pénale internationale (CPI) a ouvert un bureau à Kiev, « le plus grand » en dehors de La Haye, a annoncé jeudi 14 septembre le procureur général ukrainien Andriï Kostine.

« Le bureau extérieur de la Cour pénale internationale a ouvert ses portes en Ukraine », a-t-il déclaré sur X (ex-Twitter), assurant que cela représentait « une étape décisive dans notre parcours vers le rétablissement de la justice ». L'Ukraine cherche à établir un tribunal spécial pour mettre en accusation les dirigeants russes après l'invasion du pays, lancée le 24 février 2022.

Kiev avait annoncé en mars l'ouverture prochaine d'un bureau de la CPI pour « enquêter plus complètement sur les crimes internationaux commis en Ukraine ». « Contrairement au régime russe criminel, l'Ukraine n'a rien à cacher », a assuré Andriï Kostine, promettant que son pays serait « transparent » et permettrait aux experts de la CPI d'accéder aux « scènes de crimes, aux preuves et aux témoignages ».

À LIRE AUSSI Guerre en Ukraine : « À la fin, il y aura des négociations »

« Nous sommes unis par un objectif »

« Nous faisons tout notre possible pour nous assurer que les experts de la CPI puissent voir de leurs propres yeux les conséquences des crimes de l'agresseur et en tirer des conclusions indépendantes », a-t-il dit. « Avec l'entièreté du monde civilisé, nous sommes unis par un objectif – s'assurer que l'agresseur soit tenu re [...] Lire la suite