Cécile Bois annonce la mort de la petite Ornella, qui a inspiré le téléfilm "Tu vivras ma fille"

C'est un message poignant qu'a tenu à adresser Cécile Bois à la petite Ornella Aiach. Jeudi 19 décembre 2019, l'actrice a pris la plume pour publier un tendre message sur son compte Instagram. Un tendre message pour annoncer une triste nouvelle : la mort d'Ornella, à seulement 14 ans, vendredi 13 décembre. "Voilà Ornella", écrit-elle en légende de sa publication, où l'on peut voir un montage de plusieurs photos de l'adolescente. "Ornella c’est la petite fille dont on a raconté l'histoire dans Tu vivras ma fille", poursuit-elle. "Je jouais sa formidable maman, en vrai Karen Aiach, et Arié Elmaleh son papa, de son vrai nom Gad Aiach. Ornella est partie vendredi, et la cérémonie de son départ a eu lieu hier. Son existence aura permis de faire considérablement avancer la recherche de la maladie de Sanfilippo, mais aussi d'autres maladies neurodégénératives, et de sauver des enfants d’une maladie qui reste encore mortelle." Avec émotion, Cécile Bois conclut : "Je rends hommage ici à Ornella, mais bien sûr à sa maman qui a mené un combat de lionne pour faire bouger la science, à son papa et à Salomé sa sœur."

⋙ Cécile Bois : cette épreuve d’une extrême violence où elle a fondu en larmes pendant le tournage

Le téléfilm Tu vivras ma fille, inspiré de l'histoire d'Ornella et de sa mère, avait été diffusé en septembre 2018 sur TF1. Réalisé par Gabriel Aghion, le long-métrage évoquait le parcours du combattant de cette maman qui se lance dans la recherche scientifique dans le but de trouver un traitement à sa fille atteinte de la Maladie de Sanfilippo, une maladie rare et incurable liée à une mutation génétique. Karen Aiach, consultante, avait en effet abandonné son métier dans l'espoir de trouver une solution thérapeutique. En 2009, elle avait créé Lysogene, une société de biotechnologie. Aujourd'hui, c'est à elle aussi que Cécile Bois rend hommage, une nouvelle fois. Un hommage qui a visiblement beaucoup touché la principale intéressée, Karen Aiach, qui lui a répondu en commentaire

(...) Cliquez ici pour voir la suite