La Cédéao définit le terrorisme et les putschs comme priorités du sommet d'Abuja

AFP - NIPAH DENNIS

Alors que s’ouvre le 62ème sommet des chefs d'État et de gouvernement de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) dimanche 4 décembre à Abuja, les travaux de la session ordinaire du conseil des ministres de l'institution se sont achevés vendredi dans la capitale nigériane. Parmi les dossiers sur la table, la lutte contre le terrorisme, les changements de gouvernement par des voies non constitutionnelles et les processus de transition politique.

Avec notre envoyé spécial à Abuja, Serge Daniel

Selon l’un des mémorandums, document officiel de travail que RFI a pu consulter, la lutte contre le terrorisme est désormais une priorité dans la sous-région.

Un expert de la Cédéao résume : après le Sahel, le terrorisme s’étend à des pays côtiers comme le Togo et le Bénin. Avec une particularité : l’existence d’un cordon ombilical entre les différents groupes qui s’installent dans les pays et deux locomotives, qui sont le groupe l’État islamique au Sahel et le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (Jnim).

Ces deux têtes de ponts du jihadisme recrutent massivement au sein de la jeunesse. Et le conseil des ministres de la Cédéao laisse à l’appréciation des chefs d’État les mesures urgentes à prendre.

► À lire aussi : Mali: un rapport de la FIDH évoque une «accélération des violations» des droits humains en 2022


Lire la suite sur RFI