Cédric Jubillar : grosses tensions avec les détenus dans la prison où il est incarcéré

·1 min de lecture

Une zizanie qui n'arrange pas les affaires du prévenu... Le 18 juin 2021, six mois après la disparition de sa femme, Delphine Jubillar, Cédric Jubillar a été incarcéré à la maison d'arrêt de Seysses pour "homicide volontaire sur conjoint". Si le plaquiste de trente-trois ans est toujours en attente de procès, il peut cependant compter sur la hargne de son avocat, Jean-Baptiste Alary, qui soutient que son client, ainsi que son fils de six ans, sont victimes de manipulation de la part des gendarmes. Comme il l'avait déclaré à Femme Actuelle, les éléments de l'enquête énoncés par le procureur de Toulouse seraient selon lui "biaisés", voire "fallacieux." Cependant, une récente décision de la prison de Seysses ne va pas lui faciliter la tâche.

En effet, comme l'a dévoilé La Dépêche le 30 juin 2021, plusieurs détenus auraient fait grève suite à la mise en place d'un brouilleur anti-portable au sein de la prison. Une technologie souvent utilisée dans les établissements pénitentiaires qui empêche les téléphones d'avoir du réseau. Selon certaines familles de détenus, les brouilleurs auraient causé des maux de tête aux prisonniers : "J'ai vu mon fils au parloir, il se tenait la tête entre les mains. Il a très mal. Je pense que les ondes du brouilleur ont des effets néfastes sur sa santé", raconte une maman. D'après elle, les détenus de l'établissement "Homme 1" seraient tous touchés. Des arguments que les surveillants pénitenciers rétorquent.

"Si les ondes étaient nocives, nous serions (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles