Cédric Jubillar en prison pour "meurtre aggravé" : sa réaction lors de son arrestation

·1 min de lecture

Un calme déconcertant. Mercredi 16 juin 2021, soit six mois après la disparition de Delphine Jubillar dans le Tarn, Cédric Jubillar était placé en garde à vue pour "meurtre aggravé". Selon le procureur de Toulouse, le peintre-plaquiste aurait fourni des alibis "incohérents" et "contradictoires" aux gendarmes de la section de recherche de Toulouse, affirmant qu'il n'était pas au courant de la liaison qu'entretenait son épouse avec le "confident de Montauban". Cependant, après la perquisition de son domicile et plusieurs heures d'interrogatoire, Cédric Jubillar a fini par admettre son mensonge. Vendredi 18 juin 2021, l'homme de trente-trois ans est incarcéré à la maison d'arrêt de Seysses dans une cellule de 13m2 au quartier "isolement". Si les conditions de sa détention ont été aménagées pour éviter toute tentative de suicide, le prévenu, lui, ne semble pas plus contrarié que cela... Comme l'explique Paris Match dans son édition du 24 juin 2021, au moment de son interpellation, Cédric Jubillar est apparu détendu.

Le 16 juin 2021, alors qu'il se rendait sur son lieu de travail à Albi, Cédric Jubillar est interpelé par les gendarmes de Toulouse pour une garde à vue qui durera plusieurs dizaines d'heures. Selon Paris Match, l'homme aurait immédiatement coopéré avec les forces de l'ordre. Pire encore, il aurait pris tout cela avec un léger amusement : "Il souriait", témoigne le colonel Philippe Coué. Un comportement suspect qui a laissé les gendarmes pantois. S'attendait-il à une telle (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles