Cédric Jubillar en prison : ces trois méthodes utilisées en garde à vue pour le faire craquer

·1 min de lecture

Un suspect tenace. Le 18 juin 2021, Cédric Jubillar, époux de Delphine Jubillar disparue dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020 à Cagnac-les-Mines, est incarcéré à l'isolement de la prison de Seysses pour "homicide volontaire sur conjoint". L'homme de 33 ans, papa de deux enfants en bas âge, est soupçonné d'avoir tué sa compagne dans un climat familial plus que tendu. Selon les proches du couple, Cédric Jubillar serait un époux humiliant, parfois agressif, qui acceptait difficilement le divorce engagé. Lors de sa garde à vue qui durera deux jours, durant laquelle sa mère et son beau-père ont été interrogés, le suspect numéro un n'a pas donné la moindre information aux gendarmes. Comme le révélait Me Jean-Baptiste Alary à Femme Actuelle le 1er septembre, les enquêteurs ont donc tenté trois méthodes pour le faire craquer.

"Ils l’ont d’abord placé sur écoute téléphonique en espérant qu’il commette une faute, mais cela ne s'est pas produit", nous explique son avocat. Les enquêteurs de la section de recherche ont donc joué sur la corde sensible pour tenter de fragiliser Cédric Jubillar : "Ils ont employé la manière forte : garde à vue avec maman et beau-papa jusqu’à 3h du matin. Ils lui ont tout fait : "Monsieur, vous savez ce que c’est la vie en prison ?", lui a-t-on dit. On lui a montré des photos de ses enfants avec sa femme, lui demandant ce que ça lui inspirait. Le patron de la section de recherche est lui aussi venu dans la nuit pour lui dire : 'Monsieur Jubillar, il faut être (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles