Célibataires à 50 ans pour la première fois, elles nous racontent pourquoi c'est une révélation

Une rupture ou un divorce après des années de vie commune… Elles n'avaient jamais vécu seules. Et c'est une révélation ! Elles nous expliquent pourquoi.

Ça ne m'était pas arrivé depuis l'âge des premières amours, et encore !, commente Esther, 52 ans, qui s'étonne d'avoir toujours eu un homme dans sa vie. Des ruptures, mais à chaque fois un nouvel amour. Un à qui penser. Et, pendant plus de vingt ans, un mari. Je n'ai jamais été célibataire et, d'ailleurs, je ne pensais pas en être capable », conclut-elle. Charlotte, 59 ans, dresse un constat approchant : « Vingt-cinq ans de mariage avec celui que j'avais rencontré sur les bancs de la fac. Je n'ai découvert le célibat qu'à 51 ans. Franchement, cela a été dur au début, mais j'ai tellement appris de cette situation que je ne regrette pas de l'avoir affrontée. »

Comme Esther et Charlotte, les trois quarts des femmes seules et quinquagénaires se sentiraient aujourd'hui libérées de l'obligation de chercher une relation amoureuse, selon une enquête de l'Institut national d'études démographiques (Enquête « Etude des parcours individuels et conjugaux (Epic) », réalisée par l'Ined, tandis que près de 40 % des hommes du même âge ont, de leur côté, l'intention de former une nouvelle union. Certes, la sociologue Anne Solaz, auteure de l'étude, tempère ces chiffres par un plus grand pessimisme des femmes à parvenir à reformer un couple après 50 ans. Mais, comme le confie Charlotte : « J'ai eu peur de ce qui m'attendait et, maintenant, j'ai cette chance de vivre une deuxième vie plus indépendante et sereine que la première, mieux...

Lire la suite sur Femina.fr

A lire aussi