Céline Kallmann : « Une fausse couche, à deux semaines de grossesse ou à trois mois, c’est un traumatisme »

·2 min de lecture

Depuis son témoignage sur son compte Instagram, la journaliste de la matinale de RMC a reçu des centaines de messages de femmes lui racontant la façon dont elles ont vécu leur interruption de grossesse. Pour ELLE, Céline Kallmann revient sur les raisons qui l’ont poussée à prendre la parole.  

C’est un récit intime qui a touché de nombreux internautes. Comme une femme sur dix, Céline Kallmann a été victime d’une fausse couche, à la fin du mois d’avril. Dans un post publié samedi sur son compte Instagram, la journaliste, qui officie sur RMC, a parlé de la façon dont elle avait traversé cette épreuve. Une prise de parole rare sur un sujet encore trop souvent considéré comme tabou.  

Lire aussi >> Deuil périnatal : « Toute fausse couche peut être dévastatrice »

« À aucun moment on ne m'a demandé comment j’allais » 

Son témoignage a eu un écho considérable auprès des femmes. Un retentissement qui a d’abord surpris la principale intéressée. « Je ne m’attendais pas à recevoir autant de messages. J'ai eu des centaines et des centaines de commentaires et de messages en privé, de femmes qui m’ont raconté leur propre histoire », déclare Céline Kallmann.  

Il faut dire que les mots de la journaliste sont percutants. « Ce vendredi soir donc, je me suis couchée tôt, et je n'ai pas eu de mal à trouver le sommeil. Le matin, j'ai senti que quelque chose avait changé. Quand j'ai soulevé la couette, j'ai vu du sang, beaucoup de sang sur mon pyjama blanc. Et j'ai su, j'ai su que c'était fini », écrit-elle en préambule de son post, avant de décrire sa prise en charge aux urgences, deux jours plus tard. « “C’est pour quoi ?” m’a demandé la dame à l’accueil ? Bonne question … J’ai dû verbaliser ce qui venait...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles