César 2020 : une célèbre comédienne furieuse et vexée après un sketch

Les téléspectateurs français décrivent souvent la cérémonie des César comme étant une cérémonie ennuyante. L’édition 2020, qui a eu lieu vendredi 28 février 2020 à la salle Pleyel et était animée par Florence Foresti, aura été plus mouvementée que jamais. Discours engagés, remises de prix contestés, départs précipités… Et polémique sur un orgelet ? Lors de la 45e cérémonie des César, l’humoriste Vincent Dedienne prononce un discours comique au côté d'Emmanuelle Devos en venant remettre le prix de la Meilleure actrice dans un second rôle. Un discours qui a visiblement plu à l’assemblée… mais pas à l’une des principales intéressées. “Le ministère de la Culture, en partenariat avec la région Ile-de-France et les magasins But m’a missionné pour réaliser un audit de la cérémonie”, commence le jeune homme de 33 ans, récompensé d’un Molière de l’humour en 2017. “Alors, ça a l’air chiant, dit comme ça, mais ce n’est pas chiant : c’est lugubre. Donc ce n’est pas pareil. Donc j’ai audité, j’ai regardé les 44 dernières cérémonies, et il ne faut pas être alarmiste. Il y a des choses qui roulent. Il y a des choses qui roulent. D’un point de vue sanitaire par exemple, c’est très correct. À part un orgelet de Catherine Jacob en 2002 et une invasion de punaises de lit en salle Pleyel en début de matinée, tout va bien.”

Catherine Jacob fustige Vincent Dedienne dans un communiqué

Problème : Catherine Jacob n’a pas apprécié la petite blague de l’humoriste. Dans une “lettre publique à Vincent Dedienne” publiée le mardi 2 mars, la comédienne de 63 ans, vexée, tacle ce dernier. “Ma cliente Catherine Jacob et moi-même Laurent Savry, son agent (Agence A2), ne pouvant pas sérieusement être suspectés d’absence du sens de l’humour, n’avons guère goûté le vôtre lors de la Cérémonie des César le 28 février 2020”, peut-on lire. “Votre piteuse tentative de mot d’esprit à propos ‘d’un orgelet de Catherine Jacob en 2002’ ne correspond évidemment à rien, sinon à l’expression de la vacuité et de la pauvreté

(...) Cliquez ici pour voir la suite