Vidéo- Mort de Vincent Lambert : son neveu François raconte une scène "surréaliste" à l'hôpital

Cela fait 7 mois que Vincent Lambert est décédé. L'affaire a été extrêmement médiatisée depuis le départ. Car, il faut dire que la famille Lambert s'est livrée à un combat juridique intense durant 6 ans, de 2013 à 2019. En avril 2013, le Dr Kariger, médecin responsable de Vincent Lambert, en accord avec l'épouse de ce dernier, prend la décision d'arrêter ses soins d'alimentation et d'hydratation artificielle, qui constituent, selon lui, une "obstination déraisonnable". L'infirmier, alors âgé de 37 ans à l'époque, est plongé depuis 5 ans dans un état végétatif chronique suite à un accident de la route. Cet acte, auquel il procède sans consulter les parents de la victime, va être l'élément déclencheur d'une longue série de procédures judiciaires qui vont opposer les parents de Vincent Lambert, à son épouse Rachel et son neveu, François. D'abord, Viviane et Pierre Lambert vont obtenir gain de cause. Les traitements sont repris.

⋙ Directives anticipées : que faire pour éviter le cas Vincent Lambert ?

François Lambert est alors très présent dans les médias. Il insiste pour que la décision du Dr Kariger soit respectée et milite ardemment pour le droit de son oncle à mourir. Dans son livre, Pour qu'il soit le dernier, dont il est venu parler sur le plateau de C à Vous mercredi 11 mars 2020, l'élève-avocat revient sur le traumatisme de la lente mort de son oncle. Car le jeune homme est resté à son chevet jusqu'à la fin. Il raconte notamment cette scène "surréaliste", où il a surpris des infirmières en train de soigner une blessure au pied de Vincent Lambert, alors que les traitements avaient été finalement arrêtés suite à une décision de la Cour européenne des droits de l'Homme.

"Moi j'étais en train de dormir, il devait être trois heures du matin, relate-t-il. Elles faisaient des rondes toutes les heures ou toutes les demi-heures. Et avec leurs petites lampes de poche en essayant de faire vraiment le moins de bruit possible, elles regardaient la plaie pour savoir si ça se résorbait

(...) Cliquez ici pour voir la suite