"C’était la douleur la plus atroce" : Emilia Clarke se confie sur ses deux ruptures d'anévrisme

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

"C’est assez extraordinaire que je puisse encore parler de manière articulée, et que je vive ma vie complètement normalement, sans aucune répercussion", a souligné Emilia Clarke, dans une interview accordée à la BBC, dimanche 17 juillet (source 1).

L'actrice britannique a en effet survécu à deux ruptures d'anévrisme : l'une en 2011, à l'âge de 24 ans, alors qu'elle vient de finir le tournage de la première saison de la série Games of Thrones, puis la seconde en 2013. Concrètement, l'une de ses artères s'est progressivement dilatée, jusqu'à se rompre, provoquant une hémorragie. C'est pour cela qu'on parle de rupture d’anévrisme.

Je fais partie de la très, très, très petite minorité de personnes qui peuvent survivre à cela, a insisté l'interprète de Daenerys Targaryen.

Les ruptures d'anévrisme peuvent effectivement provoquer des hémorragies cérébrales fatales. Elles sont d'ailleurs à l'origine de 10 % des AVC et responsables de 50 % des AVC mortels chez les personnes de moins de 45 ans. Si la jeune femme peut aujourd'hui témoigner, elle a longtemps eu du mal à parler de son expérience. "C’était la douleur la plus atroce, des vomissements incessants, j’essayais de reprendre conscience", a-t-elle détaillé.

Après son opération, Emilia Clarke a un temps souffert...

Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles