Publicité

C’est scientifiquement prouvé : les femmes sont plus susceptibles de souffrir d’insomnie que les hommes

Des inégalités… jusque dans le sommeil. Les femmes seraient plus susceptibles que les hommes d’être victimes d’insomnie, affirme la science. Selon une experte, les causes peuvent être physiologiques, mais pas seulement. La (mauvaise) santé mentale des femmes y serait également pour quelque chose.

Ces dernières années, le sommeil est devenu un objectif ultime en matière de bien-être. Et pour cause, un sommeil de qualité renforce le système immunitaire et réduit le risque de développer des maladies graves. C’est aussi très bénéfique pour notre santé mentale. Nous sommes pourtant nombreux·ses à souffrir de troubles du sommeil (un Français sur trois, selon une étude de l’Inserm). La cause principale de ces mauvaises nuits est… l'insomnie. Et les femmes en seraient davantage victimes. En effet, selon Stylist, une étude réalisée en 2020 a révélé que la prévalence de l'insomnie chez les femmes est nettement plus élevée que chez les hommes.

L'insomnie a de nombreuses causes. Elle affecte généralement les personnes pendant les périodes de stress. Il existe cependant d'autres déclencheurs. "Il peut aussi y avoir des causes physiques, comme des douleurs ou une fièvre. Des fluctuations hormonales peuvent aussi affecter le sommeil", explique la docteur Lindsay Browning, spécialiste du sommeil chez Trouble Sleeping et autrice du livre sur le sommeil Navigating Sleeplessness.

C’est notamment pour cette raison, selon elle, que les femmes sont particulièrement sujettes aux insomnies. "Contrairement aux personnes assignées 'homme', celles assignées 'femme' à la naissance subissent des fluctuations hormonales au cours de leur vie, par le biais de leur cycle menstruel, de la grossesse et de la ménopause", assure la spécialiste. "Ces fluctuations hormonales sont directement liées aux problèmes (...)

Cliquez ici pour voir la suite

VIDÉO-Carnet de Santé - Dr Christian Recchia : "Un mauvais sommeil peut provoquer diabète et hypertension"