« C’est une très mauvaise idée » : des féministes en colère contre ce préservatif « anti-viol »

·1 min de lecture

« Rape aXe », préservatif censé protéger les femmes des viols, est une invention « absurde, inefficace et profondément dangereuse » selon Sophie Barre et Yuna Miralles, militantes du collectif NousToutes. Pour elles, cet outil fait « peser la responsabilité » sur les victimes. 

La vidéo est devenue virale la semaine dernière. Le média Brut a présenté le système « Rape aXe » (« hâche à viol » en français), un anti-viol « redoutable ». Ce préservatif féminin aurait des dents « aussi tranchantes qu’une lame de rasoir ». Créé par Sonnet Ehlers, une doctoresse sud-africaine, cet outil s’insère « comme un tampon ». « Il se place derrière les lèvres, et au moment où l'agresseur pénètre, il tombe sur Rape aXe. Dès qu'il essaie de se retirer, le système se fixe et l'agresseur le retire de la victime », explique-t-elle.  

Lire aussi >> Le prix du viol : le terrible parcours de l'indemnisation

Ce préservatif a été pensé dans un pays où le taux de viol est le plus élevé au monde : un Sud-Africain sur quatre reconnaît avoir commis un viol, selon une enquête nationale.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Rape aXe perpétuerait la méconnaissance de la sociologie du viol 

Rape aXe a suscité l’engouement de nombreux internautes et de médias. Mais pour Sophie Barre, créatrice de la formation sur la culture du viol du collectif NousToutes, cette innovation est une « très mauvaise idée ». « C’est absurde, inefficace et profondément dangereux », détaille-t-elle. Pour commencer, la militante explique qu’un viol n’est pas seulement « dans le vagin ». Dans le droit français, toute pénétration (qu’elle soit anale, orale ou...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

Ce contenu peut également vous intéresser :

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

 A lire aussi