Cœur brisé : comment s'en remettre ?

Que signifie exactement avoir le cœur brisé ?

L’expression « avoir le cœur brisé » désigne un immense et douloureux chagrin désespéré, liée à une perte : décès, rupture amoureuse, trahison amicale, humiliation professionnelle ou rejet d’une communauté, y compris de sa propre famille. Le rêve d’amour, d’amitié, ou de fraternité s’effondre, et est, lui aussi brisé.

Avoir le cœur brisé peut être vécu dans de nombreuses situations, pas seulement dans le cadre d’une rupture amoureuse.

La fin d’un grand amour ou d’une passion amoureuse, même brève, si elle a été très intense, brise le cœur. « Toutes les attentes et les promesses de bonheur s’évanouissent. On se sent douloureusement seule au monde, rien ne peut nous consoler et les conseils des proches ne nous aident pas, au contraire, ils nous agacent ou remuent le couteau dans la plaie. », explique Saverio Tomasella, psychanalyste.

Mais d’autres chocs affectifs peuvent briser le cœur : le chagrin d’amitié, le chagrin de travail.

Certaines amitiés se finissent par une trahison, un conflit sans issue, une déception profonde, des paroles destructrices ou une humiliation cuisante.

Concernant le domaine professionnel, un harcèlement, un sentiment de rejet, des malhonnêtés répétées, une hiérarchie qui ne respectent pas ses équipes, peuvent provoquer un choc similaire. Ces attitudes de défiance finissent par épuiser, décourager et, à force, rendent vraiment malade.

Il existe aussi des enfants dont le cœur a été brisé à cause de la maltraitance de leurs parents, de la méchanceté de leurs professeurs, ou du harcèlement de camarades.

Le Tako-Tsubo, le syndrome du cœur brisé

Le Tako-Tsubo est une maladie cardiaque appelée « syndrome du cœur brisé », proche de la crise cardiaque. Le taux de mortalité de cette maladie (3,7 %) est presque aussi élevé que celui des crises cardiaques dues à un infarctus du myocarde (5,3 %). (Source : Bybee et al., 2004.)

Selon cette étude, les chocs émotionnels (perte d’un être cher, rupture amoureuse…) associés

(...) Cliquez ici pour voir la suite