Un cabinet clandestin de chirurgie esthétique découvert à Paris

·1 min de lecture

Interpelée jeudi soir par les policiers, une jeune femme de 22 ans est soupçonnée d’avoir pratiqué des opérations de chirurgie esthétique illégalement dans un appartement parisien.  

Au cours d’un contrôle routier, des policiers ont interpelée une jeune femme de 22 ans dans le 15ème arrondissement de Paris. Elle est soupçonnée d’être à la tête d’un cabinet clandestin de chirurgie esthétique, selon une information de France Inter

Lire aussi >> Médecin ou esthéticienne : qui fait quoi ?

Les forces de l’ordre ont trouvé dans sa voiture « une quantité importante de boîte de seringues et quelques billets de banque » dans l'habitacle, peut-on lire dans l’article. Un billet de 500 euros s’est même échappé de son sac lorsqu’elle a sorti ses papiers d’identité pour les présenter. Au total, la jeune femme transportait 5 000 euros en liquide, des ressources qu’elle n’a pas réussi à justifier auprès des policiers. Elle a donc été placée en garde à vue jeudi soir, toujours selon une information de France Inter. 

170 euros l’injection anti-rides 

C’est via son téléphone que les enquêteurs ont fait le lien avec un compte instagram qui compte 300 000 abonnés. Le nom et la photo de profil montrant des lèvres pulpeuses ont mis les policiers sur la piste d’une activité liée à des injections esthétiques. Différentes prestations y sont proposées à des tarifs plus attractifs que chez des médecins déclarés : 170 euros pour une injection anti-rides et 130 euros pour un lifting des sourcils. 

L’enquête a mené les policiers jusqu’à un appartement où ils ont découvert du matériel comme des boîtes d’

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles