Le cachemire éthique, rêve ou réalité ?

Matière noble et luxueuse, la laine de chèvre est aussi l’une des plus controversées de l’industrie du textile. Plusieurs marques ont décidé d’agir. 

«Les chèvres sont-elles élevées en liberté ou sont-elles enfermées dans un enclos?» «Sont-elles en bonne santé?» «La fibre est-elle récoltée au peigne ou par rasage ? » «Les éleveurs sont-ils rémunérés équitablement?» Dans les boutiques de vêtements made in cachemire reviennent sans cesse les questions des clients sur l’éthique et la durabilité.

Lire aussi:Enquête au coeur du cachemire

Car si le business de cette toison d’or a explosé ces dernières décennies, les scandales autour de sa production aussi. Maltraitance des animaux, atteinte à la répartition ancestrale des espèces, surpâturage, pollution de l’eau des usines de confection… Le point sur les griffes de la mode qui souhaitent désormais répondre aux attentes sociétales pour faire rimer chic et éthique.

Le poil des chèvres est recueilli avec un peigne traditionnel.

Le poil des chèvres est recueilli avec un peigne traditionnel. © DR

HIRCUS, la transparente
LE CONCEPT L’idée de départ de Jean-Nicolas Payart et Louis-Erard Bataille est simple : « Les cachemires sont trop chers et la qualité souvent décevante. Aujourd’hui, l’industrie haut de gamme réalise des marges allant de fois 5 à fois 8. Chez nous, il n’y a pas d’intermédiaires de vente ni de revendeurs. Cela nous permet de supprimer les marges inutiles et de mieux maîtriser nos coûts. » Résultat : pulls et cardigans sons vendus dans leurs trois(...)


Lire la suite sur Paris Match