Pour "Call of Duty", acteurs et militaires passent à l’attaque

Pour la nouvelle édition de «Call of Duty : Modern Warfare», qui sort ce 25 octobre, les développeurs ont demandé à d’anciens militaires et à des acteurs de prendre part dans à l’élaboration du jeu, pour pousser l’authenticité à son maximum…

Le jeu vidéo est une perpétuelle remise en question. Pour parvenir à surprendre les joueurs, année après année, les développeurs doivent rivaliser d’ingéniosité. C’est le cas des studios Infinity Ward qui, pour leur nouvel opus de «Call of Duty : Modern Warfare» (le 16e de la saga «CoD» !), ont décidé de mettre les petits plats dans les grands. Pour apporter plus de profondeur et rapprocher toujours plus le joueur de la réalité des conflits armés, les développeurs ont mis l’expertise militaire au cœur du jeu. En effet, deux vétérans de l’unité d'élite des Navy SEALs ont été engagés pour reproduire les mouvements des combattants le plus fidèlement possible. Tel des athlètes pour les simulations de sport, les militaires sont passés par l’étape de la « motion capture ». Des capteurs ont été placés à différents endroits du corps afin de capter et enregistrer les déplacements, les gestes de véritables soldats.

Autre aspect du développement, plusieurs acteurs ont pris part à la conception du nouvel opus, pour améliorer la qualité des dialogues et leur interprétation. Barry Sloane («Revenge») pour le personnage emblématique de la saga Captain Price, Claudia Doumit («Supergirl», «Timeless») pour le personnage de Farah Karim et Elliot Knight («Once Upon a time», «Murder») pour le personnage Kyle Garrick. Une immersion encore plus poussée pour « que le joueur est l’impression de vivre l’histoire à la place du personnage », explique Infinity. Une véritable amélioration qui vient brouiller encore la frontière entre cinéma et jeu vidéo, qui disparait d’année en année. Avec les moyens développés et la qualité des images, «Call of Duty : Modern Warfare» ressemble de plus en plus à un blockbuster hollywoodien...

Une vision de la(...)


Lire la suite sur Paris Match