Amputée des mains et des pieds après une erreur médicale, le calvaire de cette maman bouleverse les téléspectateurs

·2 min de lecture

C'est une erreur médicale qui a plongé cette jeune maman dans un véritable cauchemar. Dimanche 21 février 2021, M6 diffusait un nouveau volet de l'émission Zone Interdite consacré cette fois aux opérations médicales "miracles". Quelques jours après la première naissance issue d'une greffe d'utérus, l'équipe d'Ophélie Meunier a suivi de nombreux chirurgiens spécialisés dans la chirurgie reconstructrice. Parmi les témoignages, celui de Thibault, vingt-huit ans, tétraplégique depuis six ans, qui a pu se déplacer et contrôler ses bras à l'aide de capteurs implantés directement dans son crâne. Une victoire pour le jeune homme.

Cependant, d'autres parcours de rééducation peuvent prendre plus de temps... En effet, M6 est allé à la rencontre de Priscilla Dray, amputée des mains et des pieds suite à une infection contractée à l'hôpital après une interruption volontaire de grossesse. Un portrait bouleversant.

Nous sommes en juillet 2011 lorsque la jeune femme, alors âgée de trente-cinq ans, et son compagnon décide de se marier. Heureux en amour, ils sont les heureux parents de trois enfants : Ilan, Nathan et Aaron. Quelques semaines après la naissance du petit dernier, Priscilla Dray apprend qu'elle est enceinte. Le couple décide d'interrompre cette grossesse. La jeune femme se rend donc à l'hôpital pour subir une IVG sous anesthésie générale, précisant aux caméras de M6 qu'elle est "en excellente santé, sans problème". Le lendemain, elle est victime d’un choc sceptique qui n’est pas immédiatement diagnostiqué par les médecins. Ces derniers lui refusent les antibiotiques. Pourtant, ils l'ignorent mais une bactérie, le streptocoque pyogène de type A, communément appelé la "bactérie mangeuse de chair" a déjà commencé à attaquer ses mains et ses pieds. Priscilla doit être amputée de ses quatre membres.

"J'ai fait confiance et voilà dans quel état on m’a mise. On m’a tuée, et normalement j’aurais dû mourir. Les médecins me l’ont dit : ‘On vous a tiré par un cheveu’", explique-t-elle. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite