Camélia Jordana : "J'ai parfois été choquée par les propos que l'on m'a attribués"

·2 min de lecture

Camélia Jordana avait ouvert le débat en 2018 et l'a perpétué en janvier 2021 en déclarant dans les colonnes de L'Obs que "les hommes blancs sont, dans l’inconscient collectif, responsables de tous les maux de la terre". Elle a ensuite tenté d'endiguer la polémique le 12 février 2021 en publiant dans le HuffPost une lettre ouverte. À travers cette envolée lyrique, la chanteuse de 28 ans se défendait : "à l’heure où l’on me prête une parole qui n’est pas la mienne, je me dois d’écrire pour la première fois". L'actrice nommée aux César 2021 pour le film Les Choses qu'on dit, les choses qu'on fait continue son mea-culpa, sans pour autant regretter son combat. Invitée du 13h15, le samedi sur France 2, samedi 20 février 2021, la jeune femme explique qu'elle a souvent mal été comprise. "Je n'ai pas le sentiment d'aller trop loin, en revanche, j'ai l'impression que les transformations et déformations de mes propos, elles, vont beaucoup trop loin", tonne-t-elle en souriant.

Face aux nombreuses prises de position de Camélia Jordana, certains artistes, à l'image de Nicoletta, ont pris la parole pour tacler la jolie brune. "La petite Camélia Jordana chante très bien, mais je suis choquée par ses propos. Avec son talent, elle devrait réfléchir un peu et dire merci à la République française", a déclaré la chanteuse de 76 ans, dans une interview accordée au Figaro, dévoilée le 19 février 2021. De quoi surprendre Camélia Jordana qui ne comprend pas l'acharnement à son endroit. "J'ai été choquée par des propos que l'on m'a attribués parce qu'eux-mêmes étaient très choquants", continue-t-elle face caméra. Avec l'âge, Camélia Jordana s'est convaincue d'une chose : le combat ne se fait pas forcément avec force, le "poing levé" et il faut embrasser sa propre fragilité afin d'être "encore plus forte en acceptant les faiblesses". Camélia Jordana est d'un naturel optimiste. Elle se dit fière de sa génération grâce à laquelle elle arrive "à ne pas se sentir seule mais soutenue, elle-même concernée" (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite