Camille Combal confiné avec sa femme : il raconte ses petites galères

Jarry réalise chaque jours depuis le début du confinement, un live où il pose des questions à des personnalités. Ainsi, après Alessandra Sublet et son problème de sextoy et Philippe Lacheau, c'était au tour de Camille Combal d'être interrogé par l'humoriste de 42 ans. Depuis qu'il est confiné, l'animateur de Virgin Radio réalise son émission de chez lui. Outre son travail, Camille Combal s'est confié sur les petits soucis de ce nouveau quotidien. Et lorsque Jarry lui demande s'il vit ce confinement seul ou accompagné, l'animateur de 38 ans répond fièrement et sans hésiter : "Bien sûr que je suis accompagné avec quelqu'un qui me supporte [...] C'est ma moitié. Regarde the ring, tu crois que je dors ou quoi ?", a-t-il lancé à son interlocuteur.

Camille Combal dévoile ses problèmes de plomberie

Au cours de la discussion, Camille Combal a révélé avoir un sérieux souci... avec le papier absorbant et le papier toilettes. En effet, s'il ne fait pas de folies sur la nourriture ou l'eau comme beaucoup de citoyens pendant cette période, il avoue que lui et sa chérie ne peuvent pas s'empêcher d'en prendre : "On peut pas aller faire des courses sans prendre du sopalin et du papier toilette. Donc j'ai beaucoup de papier toilette d'avance et surtout j'ai du sopalin mon frère, je sais pas pourquoi je peux pas aller chez Auchan sans acheter des rouleaux de sopalin. Donc j'ai des montagnes de sopalin" , a-t-il dévoilé, sous les rires de Jarry, amusé de la situation. En dehors de cette drôle d'anecdote, Camille Combal a confié avoir vécu une légère mésaventure. Déjà il y a quelques semaines, il avait dû quitter l'antenne de son émission à cause d'une fuite. Mais récemment, c'est sa propre douche qui a fait des siennes : "'J'ai ma douche qui se bouche, pile là pendant le confinement. J'ai passé la soirée d'hier jusqu'à minuit les pieds et les genoux dans l'eau en train d'essorer. (...) C'était le Titanic", a-t-il ironisé. Allez courage Camille, plus que six semaines à attendre...

À lire

(...) Cliquez ici pour voir la suite