Camille Lou ("Je te promets") cet été "compliqué" qui a tout changé

·2 min de lecture

Camille Lou est une femme amoureuse. À l’affiche de Je te promets, la série événement de TF1 inspirée de This is us, la comédienne s’est confiée à Nikos Aliagas. Invitée du portrait de la semaine de 50 min Inside sur TF1, la chanteuse est revenue sur les débuts de sa carrière. De sa première apparition dans la comédie musicale 1789, Les Amants de la bastille en passant Le bazar de la charité à sa participation à Danse avec les Stars, la jolie blonde n’a pas caché sa fierté en redécouvrant son parcours. Elle s'est également confiée sur l’été 2020 qui a été "très compliqué" pour elle.

Face aux images d’elle sur une planche de surf à Biarritz, elle s’est souvenue de sa rupture comme "on en vit tous" avec le danseur italien Gabriele Beddoni. Après plusieurs années passées aux côtés de celui qu’elle a rencontré grâce à la comédie musicale La légende du roi Arthur, leur histoire prend fin. Peinée et bouleversée, Camille Lou a "cette espèce de soif de vivre". Alors quand on lui annonce qu’elle va avoir une doublure pour les scènes de surf sur son prochain tournage, elle insiste pour "tout essayer".

"J’ai dit : ‘Trouvez-moi un coach. Je vais essayer. Peut-être que ça va marcher et je vais surgir dans la série’", a-t-elle raconté. Heureusement pour elle, la production lui trouve un bon prof… et pas n’importe lequel ! Camille Lou fait alors la rencontre de Romain Laulhe. Six fois champion de France, onze fois sélectionné en équipe de France, quatrième en finale des championnats du monde junior en Australie et 3ème au championnat du monde par équipe… Le surfeur de 34 ans est devenu son coach "et bien plus que ça", s’est-elle amusée.

Depuis leur rencontre, la jeune femme partage sur ses réseaux son idylle avec le beau brun. "C’est vrai que je suis très transparente et que j’aime bien partager parce qu’à partir du moment où l’on devient plus ou moins connu, ça fait partie du jeu et c’est important…", a-t-elle expliqué. Un homme "merveilleux" qui "respecte" son métier et sa notoriété (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite