ELLE Campus : « On voit beaucoup de retours à l’emploi. Il faut que les jeunes croient en eux, qu’ils cessent de douter. »

Florence Besson
·2 min de lecture

Selon les chiffres de l’INSEE, les moins de 30 ans représentent 50% des personnes pauvres alors qu’ils ne sont que 35% de la population. En Ile-de-France, 144 000 jeunes, soit 14% d’entre eux, sont actuellement en recherche d’emplois. Cette précarité des jeunes est bien sûr due à la situation actuelle, mais pas seulement : beaucoup ne croient pas en eux, ne se font pas confiance, ne savent pas qu’un grand nombre de postes sont à pourvoir, et qu’on a besoin d’eux. Rencontre avec Nadine Crinier, directrice régionale de Pôle emploi Ile-de-France.

ELLE. Les jeunes connaissent un taux de chômage plus élevé que la moyenne nationale, sont également surreprésentés parmi les personnes pauvres… En quoi la crise du Covid a-t-elle aggravé leur situation en Ile-de-France ?

Nadine Crinier. Nous avons vu des jeunes s’inscrire à Pôle emploi dès le mois de mai cette année, car leurs stages ont été annulés. Se sont inscrits également beaucoup de jeunes en Bac + 3, ce qui n’arrivait jamais auparavant. C’est le signe que les entreprises n’embauchent pas et gardent les salariés en place. En Ile-de-France, le secteur du tourisme est capital et il a été très touché, comme tous les services – marchands, bancaires, financiers – qui lui sont liés.

ELLE. Quid des "neet" (neither employed nor educated nor trained) ces jeunes qui ne sont ni en école ni employés, et qui échappent à vos statistiques ? 

N.C. C’est l’une de nos plus grandes difficultés : nous adresser à cette population invisible. Mais notre chance c’est que le réseau de Pôle emploi est très dense, avec 130 points d’implantation en Ile-de-France, nous travaillons sur un maillage local serré, avec des bailleurs sociaux jusque dans les zones rurales, pour empêcher les gens de baisser les bras. Beaucoup de jeunes femmes se disent « avec la crise je n’ai aucune chance donc pas la peine de s’inscrire ! » mais c’est faux ! Trop de jeunes, et trop de femmes manquent de confiance en eux.

ELLE. Selon vous quelles solutions...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi