Canal+ gratuit : ces 5 séries à découvrir de toute urgence

Canal+ passe en clair, du moins jusqu’au 31 mars 2020, comme l’a décrété le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel. Le temps de convertir de nouveaux adeptes et de s’offrir de nouveaux abonnés ? En annonçant la (bonne) nouvelle le 16 mars sur Twitter, le Président de la chaîne cryptée, Maxime Saada, a en tout cas fait le bonheur de nombreux Français. Pour aider les habitants de l’Hexagone à faire face au confinement forcé destiné à limiter la propagation du Covid-19, Canal+ passe en clair pour tous, et ce sur toutes les box, comme l’a précisé le Président du groupe... qui espère aussi, sans doute, fidéliser de nouveaux abonnés une fois la crise passée. “Et pour nos abonnés, nous ouvrons l’accès à toutes nos chaînes Cinéma, Séries, Jeunesse et Documentaires”, a-t-il ajouté, avant de conclure : “Prenez soin de vous.” Pour les nouveaux arrivants qui ne sauraient pas par où commencer, zoom sur cinq séries à voir absolument sur Canal+ avant la fin de l'offre.

⋙ 50 séries (pour tous les goûts) à regarder sur Netflix

Years and Years

Le synopsis :

La vie des Lyons, une famille de Manchester, racontée sur 15 ans alors que la Grande-Bretagne se retire de l'Europe et qu'un nouveau monde émerge. Vivienne Rook, une célébrité rebelle devenue une femme politique majeure, divise l'opinion par ses prises de position controversées. Son arrivée au pouvoir va bouleverser le pays et bien au-delà. Une famille ordinaire peut-elle faire la différence ?

Pourquoi on regarde : ça commence dans la vraie vie… et ça finit par la pire (ou presque) des dystopies. Chacun des six épisodes de cette mini-série britannique devrait vous laisser bouche-bée et surtout, vous effrayer. Years and years, c’est l’histoire d’une famille tout ce qu'il y a de plus ordinaire qui assiste aux changements d’une société post-Brexit en perte de repères. Un savant mélange, selon le Boston Herald, de This Is Us et de Black Mirror. On aurait pas dit mieux : Years and Years est aussi réaliste que piquante.

A voir si… on veut se faire

(...) Cliquez ici pour voir la suite