Cancer du côlon : quels sont les premiers symptômes ?

Liudmila Chernetska

Avec 43 000 nouveaux cas par an en France, le cancer colorectal - ou du côlon-rectum - est le troisième cancer le plus fréquent chez l’homme et le deuxième chez la femme, d’après l’Institut National du Cancer (INCa). Cette maladie se forme dans les cellules qui tapissent la paroi du gros intestin. Ce dernier est constitué du côlon, qui absorbe le surplus d’eau et d’éléments nutritifs des aliments digérés, et du rectum, qui pousse les déchets restants pour les expulser par l’anus.

Les cancers du côlon et du rectum sont regroupés sous une même appellation, car “ces organes sont faits des mêmes tissus et qu’il n’y a pas de limite claire entre eux”, précise la Société Canadienne du Cancer.

Le cancer colorectal se développe généralement de façon progressive. Dans les premiers stades de la maladie, il reste totalement asymptomatique - c’est-à-dire qu’il n’occasionne aucun symptôme. Lorsque des signes se manifestent, c’est souvent le signe que la tumeur se développe et s’étend aux organes voisins.

Or, plus un cancer est détecté précocement, meilleures sont les chances de survie. Toujours selon l’INCa, lorsque le cancer du côlon est dépisté à temps et limité à la surface interne du gros intestin, il se guérit dans 90 % des cas. Quand il atteint les ganglions proches, les chances de survie descendent à 70 %... pour tomber à 13 % dès lors qu’il s’est étendu à d’autres organes.

D’où l’importance de se faire dépister régulièrement. “En France, un programme de dépistage organisé est proposé (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite