Cancer du sein : certaines vitamines réduisent l’efficacité de la chimio

Encore une étude qui ne manquera pas d’alimenter le débat sur l’efficacité des suppléments en vitamines. Des chercheurs viennent en effet de publier des travaux dans le Journal of Clinical Oncology, qui montrent que certaines vitamines réduiraient l’efficacité thérapeutique des chimiothérapies lors d'un traitement du cancer du sein.

41% de risques de récidive en plus

Pour arriver à une telle conclusion, l’équipe scientifique a suivi l’état de santé de 1 134 patients atteints d’un cancer du sein. Parmi eux, 20% prenaient des vitamines avant le traitement et 13% pendant. Au bout de six ans environ, les personnes sous compléments avant et pendant la chimiothérapie avaient presque deux fois plus de risques (41%) de récidive que les autres. Et leur risque de décès était également supérieur lors du suivi médical (+ 40%).

La liste des vitamines à éviter

Les nutriments antioxydants, contenus dans les vitamines, empêcheraient le traitement de combattre les cellules cancéreuses. "Pour lutter contre ces dernières, la chimiothérapie crée beaucoup de stress oxydatif. Nous pensons que les antioxydants bloqueraient le stress oxydatif et rendraient ainsi la chimiothérapie moins efficace", explique le docteur Christine Ambrosone, auteure de l’étude, sur le site Reuters. Les vitamines qui auraient le plus d’impact sur la chimiothérapie seraient la vitamine B12 (83% suuplémentaires de risques de récidive) ainsi que les vitamines A, C et E. Autres compléments alimentaires sur le banc des accusés : les suppléments en fer et oméga-3.

Les auteurs de l’étude conseillent aux patients atteints de cancer de privilégier les vitamines contenues dans l’assiette plutôt que dans les pilules. "Avec une alimentation saine et équilibrée, vous pouvez obtenir tous les nutriments dont votre corps a besoin, même pendant la chimio", rappelle Christine Ambrosone.

À lire aussi :

⋙ Les compléments alimentaires, à prendre ou à laisser après 60 ans ?

⋙ Carences en vitamines : si elles étaient responsables de nos problèmes

(...) Cliquez ici pour voir la suite