Cancer du sein : la HAS défavorable au remboursement des tests prédictifs du risque de récidive

La rédaction d'Allodocteurs.fr
Faute de donnees suffisantes, la Haute Autorite de Sante (HAS) a rendu un avis defavorable au remboursement des tests predictifs de recidive du cancer du sein destines a evaluer le besoin d'une chimiotherapie adjuvante.

Un remboursement jugé "prématuré". La Haute Autorité de Santé (HAS) a émis un avis défavorable à la prise en charge par la Sécurité sociale des tests prédictifs du risque de récidive d’un cancer du sein. Si la HAS "reconnaît l’intérêt potentiel de ces tests comme outil d’aide à la décision thérapeutique", elle juge par ailleurs "indispensable de poursuivre la recherche clinique" sur ces tests avant d’envisager leur remboursement.

En quoi consistent ces tests ? Surnommés "signatures génomiques", ces tests sont utilisés chez les femmes atteintes d’un cancer du sein dit infiltrant pour déterminer si elles nécessitent ou non une chimiothérapie adjuvante après l’ablation de leur tumeur. Concrètement, les tests visent à évaluer l’expression de plusieurs gènes dans les cellules de la tumeur mammaire, ce qui permet ensuite d’estimer le risque de récidive du cancer de la patiente.

A lire aussi : Cancer du sein : des tests pour une prise en charge plus individualisée

Un risque de chimiothérapie inutile

Problème : "la chimiothérapie est un traitement lourd présentant de nombreux effets secondaires", rappelle la HAS dans un communiqué publié le 11 février 2019 et à l’heure actuelle, les essais menés sur les signatures génomiques ne sont pas suffisants pour prouver leur intérêt. Le risque de ces tests est donc celui d’une thérapie inutile.
En effet, les différentes études conduites jusqu’ici montrent que la décision de (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi