Cancer du sein : voici la meilleure méthode pour pratiquer l'autopalpation, selon les experts

Getty Images

Afin d’optimiser les chances de guérison d’un cancer du sein, la maladie doit être détectée le plus tôt possible. Pour ça, il est important d’examiner et de contrôler vos seins régulièrement en pratiquant l’autopalpation. Mais comment faut-il faire exactement ? Des experts nous dévoilent la meilleure méthode.

Ce samedi 1er octobre a marqué le début de l’opération Octobre rose, une campagne annuelle destinée à sensibiliser au dépistage du cancer du sein. Selon l’Institut national du cancer, 59 000 femmes sont touchées par cette maladie chaque année. Parmi elles, 12 000 en meurent. Pourtant, le cancer du sein est guéri neuf fois sur dix lorsqu’il est détecté à temps. En plus des mammographies et des examens cliniques des seins, à réaliser une fois tous les deux ans, il est aussi important de pratiquer l’autopalpation tous les mois afin de contrôler régulièrement votre poitrine et de déceler d’éventuels changements. Mais avoir les bons gestes n’est pas toujours évident. Comme l’a relaté Glamour UK, voici donc la méthode à suivre, selon les experts.

Tout d’abord, essayez de choisir le même moment chaque mois pour palper vos seins. Ils peuvent effectivement avoir une apparence différente selon les différentes étapes de votre cycle menstruel. De préférence, choisissez les jours qui suivent vos règles, ont indiqué les scientifiques. La forme et la sensibilité de vos seins à ce moment-là seront celles de référence, celles sur lesquelles vous devrez vous baser pour détecter une quelconque anomalie.

Quels symptômes surveiller lors de l'autopalpation ?

Ensuite, commencez par simplement regarder vos seins et vérifiez que vous ne remarquez pas quelque chose d’inhabituel. Levez vos bras en l'air pour contrôler également sous vos aisselles. Puis, avec vos doigts (la partie plate), palpez et pressez vos seins et vos mamelons. Attention, n’oubliez pas (...)

Cliquez ici pour voir la suite

VIDÉO - Carnet de Santé - Dr Christian Recchia : "Le cancer du sein chez la femme, c’est 12 000 décès par an en France"

Le vécu de nos grands-parents prédispose notre génétique, assure la science
Comment la pandémie de Covid-19 a-t-elle changé nos personnalités ?
Déprime climatique et éco-anxiété : la "solastalgie" serait-elle le mal du siècle ?
Pour mieux apprécier vos plats, mangez… la bouche ouverte, dit la science
L'infertilité dans le couple, un problème de femmes pour plus de la moitié des 25-34 ans