Cancer du sein : on n’arrête pas le progrès

On connaît presque toutes une proche qui a été touchée. C'est vrai, de plus en plus de cas sont diagnostiqués chaque année. Mais plus de 87% des femmes survivent à cinq ans, preuve que la maladie est plutôt bien dépistée et traitée. Les médecins et chercheurs ne se contentent pas de ces résultats : ils n’ont qu’un seul objectif, faire encore mieux. Et ils sont sur la bonne voie.

Des mammographies plus intelligentes

La mammographie 3D (ou tomosynthèse) peut améliorer la détection des cancers, en particulier dans les seins denses. Elle va se développer, alors qu'elle ne concerne aujourd'hui que 10 à 15% des appareils. Mais c'est surtout l'intelligence artificielle qui promet d'aider les radiologues à poser leur diagnostic. De nombreux algorithmes visent à améliorer la qualité des images, mieux régler la dose de rayons X émise pendant l’examen (en fonction de l'épaisseur et du volume de chaque sein) ou encore identifier sur les images les signes suspects pour confirmer l'avis du professionnel. "Ces algorithmes ont été validés par de petites études rétrospectives, il reste à démontrer leur fiabilité dans le dépistage in vivo, sur des dizaines de milliers de femmes", indique le Dr Brigitte Seradour, radiologue à Marseille, présidente du Centre de coordination des dépistages de la région Sud Provence-Alpes-Côte d'Azur. Les chercheurs entraînent actuellement ces logiciels en leur faisant lire des millions de mammographies.

Un test sanguin pour confirmer le traitement

On parle beaucoup des prises de sang dans le cadre du dépistage. "Ce qui est vraiment prometteur, ce sont les recherches sur l'ADN tumoral circulant dans le sang. Ces fragments d'ADN issus de la tumeur sont détectables et quantifiables chez 70 à 90% des patientes qui ont un cancer du sein localisé", indique le Pr François-Clément Bidard, oncologue médical à l'Institut Curie. Une biopsie "liquide""" via un prélèvement sanguin pourrait d'ici quelques années compléter – sans la remplacer – la mammographie. Autre intérêt :

(...) Cliquez ici pour voir la suite