Canicule : un épisode « extrêmement précoce » qui inquiète

© KONRAD K./SIPA

Nouveau signe du réchauffement de la planète, une vague de chaleur particulièrement précoce est attendue à partir de mercredi en France, avec des températures entre 35 et 38°C sur la moitié sud, dans un contexte de sécheresse qui fait déjà craindre pour les récoltes.

Cet épisode lié à une dépression localisée entre les Açores et Madère qui favorise les remontées d'air chaud sur l’Europe occidentale, devrait arriver dès mardi soir sur l'extrême-sud du pays, avant de s'étendre mercredi à toute la moitié sud, jusqu'au week-end, selon Météo-France, qui note une incertitude concernant la moitié nord. Cette forte chaleur sur plusieurs jours, dès la mi-juin, est « extrêmement précoce », a indiqué à l'AFP Frédéric Nathan, prévisionniste chez Météo-France.

Lire aussi >> Mon Tel & moi avec François Gemenne, rapporteur du Giec : «Twitter est comme une conversation mondiale »

Une vague de chaleur « exceptionnelle voire proche des records »

Le mercure est déjà monté très haut en juin par le passé, en particulier lors d'une des canicules de 2019 avec un record absolu pour la France métropolitaine de 46°C à Vérargues (Hérault), mais c'était à la toute fin du mois. Entre jeudi et samedi, des températures très élevées de 35°C à 38°C sont attendues sur la moitié sud, et le mercure pourrait même frôler les 40°C localement. Les températures minimales ne devraient pas descendre sous les 20°C la nuit.

Une vague de chaleur « exceptionnelle voire proche des records », a commenté sur Twitter le climatologue Christophe Cassou, insistant sur la multiplication de ce type d'épisodes en raison du réchauffement de la planète. « Les faits sont clairs ; les observations confirment nos projections mois...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles