Canicule : ces étés qui ont battu des records de chaleur

© Michel BARET/Gamma-Rapho via Getty Images

Depuis l’été 76, les épisodes caniculaires se multiplient et s’intensifient en France, comme celui actuel qui devrait durer jusqu’au samedi 18 juin.

Plus fréquentes, plus intenses, plus précoces. Depuis le mémorable été de 1976, les canicules arrivent de plus en plus tôt dans l’année et sont de plus en plus chaudes.

Lire aussi >> « Après la pandémie, la guerre en Ukraine contribue à reléguer la question de l’écologie »

Une canicule est une période « de très fortes chaleurs le jour et la nuit pendant au moins trois jours consécutifs ». Pour les scientifiques, la multiplication, l’intensification et l’allongement des canicules constituent un marqueur sans équivoque du réchauffement climatique. Rappel des principales canicules qu’a connues la France depuis 1976.

1976, la fournaise

De la fin juin à la mi-juillet 1976, des records de chaleur sont battus. Il faut remonter à 1921 pour trouver de semblables conditions météorologiques. L’absence prolongée de pluie est désastreuse pour l’agriculture. L’indemnisation des victimes de la sécheresse est financée par une majoration exceptionnelle de l’impôt sur le revenu.

Cette vague de chaleur entraîne la mort d’environ 4 500 personnes, selon une estimation de Santé publique France publiée en avril 2019.

1983, une chaleur intense

Une vague de chaleur intense s’abat sur la France entre le 9 et le 31 juillet 1983. Des pics sont enregistrés le 11 juillet, comme à Cognac (36°) et Carcassonne (35°). À Paris, il fait 33°. Le nombre de morts de cette canicule est estimé à 2 900.

2003, l’été le plus meurtrier

Début août 2003, les...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles