Canicule : l’INSEE note une surmortalité en juillet, « vraisemblablement » en lien avec la vague de chaleur

© SB Stock / iStock

L’institut a dressé un bilan dans un rapport publié le 2 septembre.

L’Insee vient de mettre à jour ses statistiques mensuelles. Et ce que l’institut a constaté est édifiant : le mois de juillet 2022 a été meurtrier en France. Cette surmortalité s’expliquerait, selon eux, « vraisemblablement par la vague de chaleur » survenue à cette période « après un premier épisode de canicule dès la mi-juin ». 1 750 personnes ont perdu la vie en moyenne chaque jour en juillet 2022, contre 1 610 le mois précédent. Le pic de mortalité est survenu le 19 juillet, où 2 098 morts ont été enregistrés.

Lire aussi >> Canicule : Il fait chaud, et après ? Les conséquences concrètes du changement climatique sur nos vies

L’Insee note une hausse de 13 % des décès entre juillet 2022 et juillet 2019. Au total, en 2022, plus de 11 000 personnes supplémentaires sont mortes entre le 1er juin et le 22 août, par rapport à la même période en 2019. « C’est impressionnant, ces chiffres de mortalité toutes causes confondues sont très élevés », commente Sylvie Le Minez, responsable de l’unité des études démographiques et sociales à l’Insee, au journal « Le Monde ».

Un été 2022 plus meurtrier que celui de 2003 ?

Selon les chiffres, l’été qui vient de s’écouler aurait fait 138 522 morts, contre 133 069 en 2003, année qui reste dans les mémoires pour sa canicule dévastatrice. Ce chiffre est néanmoins à prendre avec des pincettes, car, cette année, la pandémie de Covid-19 a sévi en même temps que les...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi