Cannes 2021 : « Benedetta », l’histoire vraie derrière le film

·1 min de lecture

Qui est la véritable Benedetta qui se cache sous les traits de Virginie Efira dans film éponyme de Paul Verhoeven ? Éléments de réponse avec l’historien Damien Boquet.

Foi, sexe et visions. C’est le cocktail explosif de l’histoire de la nonne italienne Benedetta. Et le cinéaste Paul Verhoeven, en apôtre de la provoc’ et de l’ambivalence, ne pouvait difficilement s’en refuser ne serait-ce qu’une goutte. Mais qui diable était cette religieuse controversée et sulfureuse ?

En 1599, Benedetta Carlini a à peine dix ans lorsqu’elle intègre le couvent de Pescia, sur les hauteurs toscanes. Si son âge n’est pas une originalité pour l’époque, les images qui peu à peu peuplent son esprit, elles, le sont. Le Seigneur lui apparaît en personne et en rêve, lui transmettant des messages et l’invitant à souffrir comme lui. Des anges inconnus échangent aussi avec elle, au gré d’extases mystiques et de visions. Dans d’autres bien plus violentes, Benedetta se bat même contre des envoyés du diable et des cavaliers qui lui mettent la bague au doigt de force, affirme-t-elle aux Théatines. Imposture ou élue de dieu, les autres religieuses du couvent peinent à trancher. Jusqu’au jour où elle retrouvée les mains percées, ensanglantées et le corps paralysé de douleur : la voilà qui porte les stigmates du Christ. Validés par une première enquête, ces symptômes achèvent de faire de Benedetta une nonne crédible et écoutée. Mieux, une nonne puissante. Alors au sommet de sa gloire – elle devient abbesse à seulement trente ans –, Benedetta se voit assigner une novice, sœur Bartolomea. Celle qui, peu avant,...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles