Cannes 2021 : La Fracture, la France des gilets jaunes, à voir d'urgence !

·1 min de lecture

Pour sa quatrième venue à Cannes, Catherine Corsini revient avec un film radicalement contemporain, ancré dans l’actualité : une nuit de décembre 2018, Yann, un Gilet jaune, venu à Paris défiler sur les Champs-Elysées, gravement blessé à la jambe par un tir de grenade d’encerclement est emmené aux urgences à l’hôpital. Au même moment, débarque sur un brancard Raf, une femme qui a fait une chute, accompagnée de Julie, sa compagne. Ce couple homosexuel est en pleine rupture.

Le titre « La Fracture » est parfaitement adapté au 11e long métrage de la réalisatrice. Dans cette nuit d’enfer, on va parler de fracture sociale, de fracture osseuse et de fracture dans le couple. L’hôpital que filme Catherine Corsini est une usine. De longs plans séquences tournés caméra à l’épaule, agrémentés d’un hors-champ sonore fait de cris et de bruits de sirènes de police et de pompiers, plantent un décor malheureusement réaliste. Quiconque a passé des heures aux urgences reconnaîtra l’ambiance iconoclaste qui y règne. Catherine Corsini dit s’être inspirée d’une expérience à l’Hôpital Lariboisière située près des Gares du Nord et de l’Est, où le brassage de populations est intense. Les sans-abris côtoient les bobos du 10e arrondissement ! Pénurie de personnel, urgentistes en sous-effectif, plafond qui s’écroule, l’hôpital va mal, ce n’est pas une nouveauté mais l’afflux de patients met en perspective la...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles