[#CannesForever] L’année où Tarantino rafla à 31 ans la Palme d’or avec “Pulp fiction”

Jean-Marc Lalanne

>> Lire notre archive de l'époque : Quand Quentin Tarantino nous parle de 10 films essentiels

Bien que son auteur n’en soit qu’a son deuxième film, et ait à peine dépassé la trentaine, Pulp Fiction fût probablement le film le plus attendu du festival de Cannes 1994 (disons ex aequo avec La reine Margot de Patrice Chereau). Parce que le premier film de Quentin Tarantino, Reservoir dogs, avait suscité une petite commotion en séance de minuit deux ans plus tôt sur la Croisette – et fédéré par la suite une cohorte de fans. Parce que cette fois le jeune cinéaste se voyait doté d’une cohorte de stars (à leur sommet – Bruce Wiilis ; ascendantes : Uma Thurman, Samuel L Jackson ; en voie de résurrection : John Travolta). Parce que dans le contexte de grande messe auteuriste cannoise, la promesse d’un film de genre novateur et fun est souvent une bénédiction.

Présenté dans le dernier tiers du festival, le film crée immédiatement une adhésion massive, surtout de la part des plus jeunes festivaliers, simples cinéphiles agglutinés au balcon de la grande salle Lumière, applaudissant et piaffant tout au long du film. Dans la presse, l’accueil est globalement enthousiaste, mais avec quelques couacs. Les Cahiers du c

Lire la suite sur lesinrocks.com