[#CannesForever] L'année où Adjani et Bowie ont été les divinités de la Croisette

Bruno Deruisseau
AFP/Ralph Gatti

Retrouvez les autres épisodes de notre série [#CannesForever] :

>> L'année où Gus Van Sant a surpris tout le monde

>> L'année où Delphine Seyrig épluchait des pommes de terre

>> L'année où Pialat lève le poing

"Dans l'histoire du Festival, aucun autre artiste n'aura vécu une situation de règne aussi planétaire et hégémonique. Qui d'autre a foulé la Croisette en ayant deux films en sélection officielle, tout en trônant au sommet des charts mondiaux avec un nouvel album et le single le plus vendu de sa longue carrière ?" Cette star dont parle Jean-Marc Lalanne dans le recueil Ces Années-là - 70 Chroniques pour 70 éditions du Festival de Cannes, c'est David Bowie qui, en 1983, venait à la fois présenter le sublime Furyo de Nagisa Oshima, en compétition officielle, et Les Prédateurs de Tony Scott, hors compétition, alors même que son titre Let's Dance, faisant se trémousser la planète entière et résonnait sur le dancefloor de toutes les soirées cannoises. Dans l'

Lire la suite sur lesinrocks.com