Cari, rougail, blaff... : tout savoir sur ces plats traditionnels venus d’outre-mer

Provenant en droite ligne du curry indien, nommé kari en tamoul, ce plat chaud est un symbole de la cuisine réunionnaise et mauricienne. Il se décline avec toutes sortes d’ingrédients : poisson, fruits de mer, viande ou légumes, et les variantes sont innombrables. L’une des constantes est l’usage de curcuma, une épice qui lui donne sa belle couleur orangée. Le cari de poulet compte parmi les plus courants. Une fois la volaille découpée, les morceaux sont mis à dorer dans une marmite. On ajoute les oignons, les épices et les herbes aromatiques, puis les tomates concassées et on laisse mijoter pour faire réduire la sauce. Le cari se sert sur du riz blanc, avec des haricots rouges ou des lentilles.

Allier légèreté et plaisir, c’est possible avec cette recette de la mer typique de la cuisine antillaise et guyanaise. Le poisson est simplement mariné pendant deux heures dans du jus de citron vert pimenté, puis cuit au court-bouillon. Son nom créole blaff pourrait venir du bruit produit en le plongeant dans l’eau bouillante. On le sert avec des légumes ou du riz blanc.

Emblématique des Saintes, îles au sud de la Guadeloupe, cette tartelette pourrait faire oublier n’importe quel tourment d’amour et c’est peut-être là l’origine de son drôle de nom. Elle aurait, en effet, été inventée par une femme de pêcheur qui se languissait de son époux, parti en mer. Elle se compose d’un fond de pâte brisée garni de confiture de coco et de génoise.

L’une des grandes spécialités de la cuisine réunionnaise (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles