Carla Bruni : l'ex-patron d'Élite accusé d'agressions sexuelles, elle prend la parole

·1 min de lecture

Des déclarations qui font froid dans le dos. Le 14 octobre 2021, quatre ans après l'onde de choc du mouvement #MeToo, nos confrères de Paris Match dédient leur couverture ainsi que huit pages à la révolte de plusieurs mannequins internationaux, bien décidés à lever le voile sur les sévices qu'elle aurait subi au sein de l'agence Élite. En effet, selon ses dires, Carré Otis, ex-femme de Mickey Rourke, aurait été victime de plusieurs agressions sexuelles et de viols durant plusieurs années alors qu'elle séjournait à Paris chez Gérald Marie. À l'époque, la top model est âgée de seulement 17 ans et estime que ces rapports non consentis sont un "privilège", explique-t-elle à Paris Match. Bien qu'elle affirme ne jamais avoir été victime d'une telle agression de la part de son ex-patron, Carla Bruni-Sarkozy a apporté tout son soutien à sa consœur.

"Je savais que j'avais à supporter ces abus pour pouvoir continuer à travailler. J'ai été profondément traumatisée", a notamment confié Carré Otis à la Brigade de protection des mineurs à Paris, quelques jours après avoir porté plainte en civil à New York. Aujourd'hui, ce ne sont pas moins de quatorze femmes, dont Carré Otis, qui accusent l'ex-patron de l'agence de mannequins d'agressions sexuelles, de viols et de tentatives de viol. Des faits (prescrits) que Gérald Marie conteste formellement.

Interrogée au côté de Carré Otis, avec qui elle partage la couverture de Paris Match, Carla Bruni-Sarkozy a apporté tout son soutien à son amie de (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles