Une carte de Paris illustre l'absence des femmes dans l'espace public

·1 min de lecture

Dans la capitale, seuls 12% des rues, espaces verts et équipements publics portent le nom d’une femme.

Une image vaut mille mots. Partant de ce principe, le dessinateur parisien Alexis Carlier (aka Alcatela) a publié son « Paris féminin » : une carte illustrée qui ne comprend que les rues, espaces verts et équipements publics portant le nom d’une femme. Ce qui équivaut à 12% des infrastructures de la capitale – contre 66% nommés après un homme. 

À lire aussi >> Paris : quand les féministes rebaptisent les noms de rues de la capitale

L’odonymie, illustration du sexisme de la société 

C’est ce que l’on appelle le masculinisme de l’odonymie, souligne un article d’Actu.fr, qui a interviewé l’artiste. Celui-ci explique avoir eu l’idée de sa carte alors qu’il « marchait dans la rue avec un ami ». Il lui aura fallu « un long travail de recensement » pour « amener le sujet différemment ». Et si certaines modifications ont eu lieu depuis la publication de la carte (finalisées en octobre), comme la station de métro renommée Joséphine Baker fin novembre, le constat est sans appel : les femmes sont très absentes de l’espace public parisien, notamment dans « le 7eme et le 8eme » arrondissements. 

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

VIDÉO - Inna Shevchenko : "Quelque part, toutes les femmes sont exilées, nous ne sommes pas bienvenues partout"

À lire aussi 

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles